Retour 

d'expériences

C’est l’histoire d’Elliot P 

J’ai rencontré Elliot 12 ans en mars 2017, il était en 6ème ULIS, se rendait en inclusion pour l'anglais, la physique-chimie, la SVT et l'EPS et bénéficiait d’une AVSco. La maman m'a raconté que lors du passage au CP l’apprentissage de la lecture et de l’écriture a été très difficile, il n’est parvenu à lire correctement qu’à partir du CM2.

Il présente des symptômes de troubles de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ainsi qu’une dyslexie-dysorthographie. Pas de diagnostic de dysgraphie mais il écrit seulement 5 mots par minute à la main alors qu’à son âge il devrait écrire 9 mots/min...

Elliot vient pour un apprentissage de l’ordinateur pour compenser sa dyslexie-dysorthographie mais également palier à sa lenteur d’écriture et aux douleurs que cela occasionne au niveau de sa main quand il écrit.

Lors du bilan initial en mars 2017 Elliot frappe 5 mots/min mais il a un potentiel intéressant puisqu’en répétition de mot il produit 16 mots/min !

A l’épreuve de dictée, Elliot produit ce texte :

« Cantoncelev, grace a l’avion, lespri doi fere un efore dimaginacion deven c’est saspée inabituelle cofre les pisage. Cefilédo, c’est un fleuve que vous travercé dificilemen a la nage. Céte tache vert, c’est la foré dans la quelle vous vousete egarée. »

35 fautes

Après utilisation de certains logiciels dont j’ai le secret :

« Quand on se lève, grâce à l’avion l’esprit doit faire un effort d’imagination devancée aspect inhabituelle qu’offrent les paysages. Ses filets d’eau, c’est un fleuve que vous traversez difficilement à la nage. Cette tache verte, c’est la forée dans laquelle vous vous êtes égarés. »

10 fautes

Après moins d’un an de prise en charge en ergothérapie avec mes méthodes de travail, Elliot utilise l’ordinateur dans presque toutes les matières (sauf les mathématiques qui restent difficiles…). Nous avons tout de même eu la chance d’avoir une enseignante exceptionnellement motivée en ULIS qui m’a aidé à le pousser toujours plus loin. Ses cours sont absolument magnifiques et rendent jaloux ses camarades et ses professeurs !

 

Elliot a pu transformer ce qui était au départ un handicap en atout. En novembre 2017, il tape 13,7 mots/min et prend ses cours à l'ordinateur sans presque aucune aide.

Il nous reste encore du travail avant qu’Elliot puisse voler de ses propres ailes : apprendre à utiliser efficacement certains logiciels pour corriger l’orthographe, apprendre géogébra, utiliser la fonction lecture vocale de façon systématique quand il doit lire un texte…

 

Un grand bravo à Elliot.

C’est l’histoire de Robin P

C'est en septembre 2016 que j’ai rencontré Robin, 14 ans en 3ème. Le diagnostic a mis longtemps avant d’être posé, plusieurs professionnels ont vu Robin mais ce n’est que suite à une année de 4ème assez chaotique concernant la prise des cours, qu’il est enfin dirigé vers un ergothérapeute pour une mise en place de l’outil informatique.

Sur le plan graphique, rien à signaler, Robin a une très belle écriture mais la vitesse est très impactée, il produit 13 mots/min au lieu de 17 en moyenne à son âge. Il n’est pas diagnostiqué dyslexique ni dysorthographique mais il fait tout de même beaucoup de fautes en dictée. Cette difficulté pouvait être compensée par le correcteur de Word.

 

Robin vient pour un apprentissage de l’ordinateur en urgence afin de pouvoir l’utiliser lors du brevet des collèges pour les épreuves de français et histoire-géographie.

Lors du bilan initial en septembre 2016 Robin frappe 7 mots/min mais il a lui aussi un potentiel intéressant puisqu’en répétition de mot il produit 24mots/min !

Le suivi en ergothérapie s’est arrêté en juin 2017, en moins d’un an Robin a pu maîtriser l’ordinateur pour l’utiliser en classe mais surtout il a pu passer le brevet dans les conditions qu’il souhaitait. En fin de prise en charge il atteignait 16 mots/min, soit l’objectif minimum que je m’étais fixé.

Nous avons passé du temps à nous entraîner aux épreuves du brevet, à apprendre à faire la mise en page, à formuler, reformuler et reformuler encore. Heureusement, car cette fois-ci nous n’avions pas la chance d’avoir une professeur de français très investie… Robin a eu son brevet et il poursuit sa scolarité dans une voie qui lui plaît et qui lui ressemble.

 

Très fière de mon élève !